.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   Ven 16 Mar - 10:02


Narcisse Mars Lecter

“ I won't do it with you, I'll do it to you. ”



ϟ I AM MAD

Aujourd'hui, je vais vous raconter une vie. Il était une fois à Manhattan un jeune homme du nom de Narcisse Mars Lecter également connu sous le nom de Mad, il était âgé de 25 belles années et jamais il se serait douté qu'en naissant à Bristol, le 24.02.1987 précisément, sa vie serait à jamais bouleversé en devenant un Supervilain. Malheureusement ou Heureusement pour lui, il était tout simplement célibataire et bisexuel. On apprit par la suite que sans se sentir mal à l'aise, il précisa qu'il travaillait comme Agent Immobilier afin de préserver son identité secrète. Pour finir alors qu'il se promenait dans les rues de New York, il eut la très grande surprise d'être comparé à Josh Beech et avec indifférence il dit seulement un fuck off et s'en alla à d'autre occupations.
ϟ BAD HABITS

Persuasion ▬ « N’avez-vous jamais rêvé que le monde entier obéisse à votre moindre paroles ? Et bien c’est exactement ce que Narcisse peut faire. On dira souvent que Mad à quelque chose d’envoûtant, un charme irrésistible en plus d’un physique avantageux. Vous ne pouvez pas vous empêchez de boire ses paroles comme un homme assoiffé revenant d’une traversée du désert devant un oasis. Il aime dire qu’il agit sur les autres comme un sortilège de l’Impérium. Il est donc possible, avec beaucoup d’entrainement de lui résister, mais il faudrait déjà que soyez régulièrement la cible des "ordres" de Mad, ce qui est rarement le cas, voyez-vous car il se lasse rapidement d’une personne. Naturellement, si pour une quelconque raison vous ne pouvez plus l’entendre il n’aura plus aucune emprise sur vous. »

Pyrokinésie ▬ « Si Narcisse maitrise parfaitement son premier pouvoir, c’est moins le cas du deuxième. Il arrive à créer du feu grâce à la pensée. Cependant ce pouvoir à tendance à devenir incontrôlable lors d’une émotion forte. Colère, Peur, mais aussi une grande Joie par exemple. Les choses prennent alors feu autour de lui, sans raison apparente, plus l’émotion ressentie est forte plus l’objet affecté sera gros. Aussi, il est fortement conseillé de ne pas être présent lorsqu’il est en colère. Jusqu’à une certaine quantité, le feu peut s’éteindre tout seul lorsqu’il se calme, mais pas tout le temps. Il arrive assez souvent même qu’il mette le feu à lui-même ou à ses vêtements, d’où l’utilité de son troisième pouvoir, même si cela commence à s’arranger. Après des années d’entraînement, il arrive à faire brûler à peu près tout ce qu'il veut ainsi qu’à transformer sa main droite en briquet portatif, ce qui peut s’avérer pratique. »

Régénération cellulaire. ▬ « Voilà quelque chose de très utile. En effet, vu sa légère tendance à la pyromanie, ça lui permet de ne pas finir dans les service des grands brûlés d’un quelconque hôpital et bien sûr de conserver, une peau aussi douce de celle d’un nouveau-né. Mais le pouvoir ne s’arrête pas seulement aux cellules de la peau et s’étend à tous ses organes, ainsi il garde des poumons relativement sains malgré la quantité de cigarettes qu’il peu fumer, ses neurones sont aussi touchés, bien qu’à une vitesse très réduite, c’est déjà mieux que rien. Évidemment, toutes blessures ne guérissent pas instantanément et il ressent très bien la douleur, même si à force il commence à être habitué. »

Random Facts ▬ « Tendances Schizophréniques ● A un(e) ami(e) imaginaire ● Possède une collection impressionnante de jouets et de peluches pour enfants ● Sa chambre ressemble à celle d’un gosse pourri gâté de sept ou huit ans ● Adore dormir entouré de ses énormes peluches ● N'emmène jamais personne chez lui ● Toutes ses possessions sont rangées impeccablement dans un ordre précis ● Fume beaucoup ● Essaie d’arrêter de fumer au moins une fois par semaine mais n’y arrive jamais ● Ne supporte pas les animaux, mis à part les chats, sauf avec une bonne sauce, si vous voyez ce que je veux dire ● Déteste particulièrement les chiens ● Ces derniers deviennent d’ailleurs hystériques à chaque fois qu’ils le voit ● Il ne sait absolument pas pourquoi ● Ne sait absolument pas draguer et se contente d’utiliser son pouvoir si besoin ● A toujours un couteau suisse sur lui, "au cas où" ● La première chose qu’il a fait en arrivant aux US, c’est de s’acheter son propre flingue ● Il n’est pas du tout affectif ● Il n’est pas du tout habitué à ce que quelqu’un l’apprécie. ● Il fera d’ailleurs tout pour se débarrasser de ladite personne ● Il a des mains légèrement baladeuses ● Parfois il se tape des fous rires ou des crises de rage sans raison apparentes ● Il n’est pas particulièrement violent ● Il en faudra vraiment beaucoup pour qu’il en vienne lui-même aux mains ● Il préférera persuader quelqu’un d’autre de le faire à sa place ● Il est peut-être un peu lâche ● Il aime particulièrement la destruction »





ϟ T'es plutôt bonbons ou chocolat, chien ou chat ? dites-nous ce que vous aimez dans la vie ou pas.
♦ J't'aime pas d'abord.
♦ Mais moi, j'm'adore. Tellement que j'me tape la discut' parfois.
♦ J'aime pas les animaux. Sauf les chats. J'aime les chats.
♦ J'aime faire faire tout et n'importe quoi à n'importe qui. C'trop drôle.
♦ J'n'aime pas rester tranquille à une seule place, c'chiant.
♦ J'adore les peluches. Plus elles sont grosses mieux c'est.
♦ J'aime pas le chocolat, c'pas bon. En revanche, j'adore les bonbons et autres friandises.
♦ J’aime les défis, les paris farfelus, ça me distrait.
♦ J'aime pas quand c'mal rangé, c'pas beau. Je déteste qu'on touche à ce qui m’appartient.
♦ J'aime le feu, c'est beau les flammes. Ça s'accorde avec tout, même toi, tu serais magnifique si tu étais en feu.
♦ J’aime les flingues aussi, si beau, si maniable, si pratique, si élégant.

ϟ T'es plutôt du genre à faire régner le mal ou le bien ? dites-nous en plus sur votre caractère.
Cinglé. C’est ce qui revient le plus souvent dans la bouche des gens qui le connaissent avec quelques variantes.
Colérique. Un rien peut l’énerver.
Enfantin. Que ce soit dans le comportement ou dans les paroles. Lui il préfère dire qu’il a gardé une âme d’enfant.
Farceur. Quoi de plus hilarant que de jouer des mauvais tours aux gens ? Rien vous répondra Mad.
Haineux. Par principe, Mad ne vous aime pas, il n’aime rien, surtout pas ce monde merdique.
Hyperactif. Rester assis sans bouger durant tout un cours par exemple est une véritable torture pour lui.
Génie. Malgré ses remarques et son comportement douteux, il a été prouvé qu’il est doté d’une grande intelligence. Certains vous diront qu’il ferait mieux de l’utiliser un peu plus souvent…
Lunatique. Narcisse ou un exemple concret de l’expression « Changer d’humeur comme de sous-vêtements. »
Maniaque. Mad exècre le désordre, c’est simple il ne le supporte pas, il ira même jusqu’à ranger vos objets s’il en a l’occasion.
Manipulateur. Quand Mad’ veut, il prend, du moins il fera tout ce qui est en son pouvoir pour l’obtenir.
Orgueilleux. Par définition, Narcisse se pense supérieur à vous, il en est totalement convaincu même.
Pervers. Il adore glisser toutes sortes de sous-entendus dans des conversations avec des personnes qu’il jugera attirantes.
Possessif. Surtout ne jamais toucher où même regarder un peu trop à ce qui lui appartient en particulier à ses peluches.



FORMULAIRE CRÉÉ PAR SHOOTING STAR © TUMBLR



Qui se cache derrière le masque


Sinon moi en vrai c'est L. mais on me connait plus sous le nom de Lucifer. J'ai âge ans, je viens de Autre et je serais présent sur le forum 6/7. J'ai connu Supernova grâce à un membre et je le trouve vraiment vilainpasbô *PAN* Nan j'dec' l'est superbe. Pour mon avatar j'ai choisi Josh Beech parce qu'il roxx. Sinon un AIMEZ-MOI *POUTRE*.



Dernière édition par Narcisse M. Lecter le Lun 26 Mar - 23:50, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   Ven 16 Mar - 10:02

There's a fine line between
true genius and complete insanity.


And I don't want you and I don't need you. Don't bother to resist, or I'll beat you. It's not your fault that you're always wrong. The weak ones are there to justify the strong. The beautiful people, the beautiful people ! It's all relative to the size of your steeple. You can't see the forest for the trees, And you can't smell your own shit on your knees. There's no time to discriminate, Hate every motherfucker that's in your way !


Vous savez, il y a vraiment des gens qui feraient mieux de s’abstenir de mettre des rejetons au monde. Ma mère en faisait partie. Voyez-vous, le bon sens voudrait que lorsque que vous êtes une adolescente junkie de dix-sept ans sans grosses ressources monétaires, un quelconque job ou ne serait-ce qu’un mince espoir d’avenir et que vous vous retrouviez enceinte après un rapport forcé, vous feriez mieux d’avorter. En réalité toutes les filles qui réunissent un seul ou plus des critères ci-dessus devraient faire cesser leur grossesse. Mais non, cette connasse qui me servait de mère a décidé de me garder, notez l’utilisation du passé dans cette phrase nous y reviendront plus tard. Elle ne voulait pas non plus faire un acte débonnaire en se débarrassant de moi auprès d’un couple heureux et stérile. Après tout, quitte à avoir un gosse, autant se charger de lui pourrir la vie vous-même. Je ne détestais pas ma mère. Non c’était bien pire que ça. Il n’y a rien de plus horrible, de plus infâme que la mère Lecter. Cet être si stupide, si incapable, si égoïste. Mais ne précipitons pas les choses et commençons par le commencement, voulez-vous, Invité ? Je suis sûr que vous êtes impatients de lire l’histoire de ma vie, ô combien intéressante. Ah et ne vous avisez pas de protester, vous ne vous rendez pas compte de la chance que vous avez, je suis en train de me donner du mal pour vous !

Bref, comme je l’ai déjà mentionné plus haut, la salope qui a eu l’honneur de me donner vie, était une toxicomane. Faut dire qu’elle-même ne venait pas vraiment d’un milieu très sain : parents pauvres, morts tous les deux dans un tragique incendie alors que la petite de sept ans à peine était à l’école. Sept ans, c’était assez grand pour se souvenir. Sept ans c’était assez grand pour comprendre qu’elle ne reverrait jamais ses parents. On la plaça donc dans un orphelinat miteux dans lequel elle pourrira jusqu’à seize ans. C’est à cet âge-là qu’elle rencontra un certain Apollon, surnommé ainsi à cause de son incroyable beauté et son charme indéniable, du moins les gens pensaient que c’était un surnom. Grâce à lui, elle put découvrir les joies des substances illicites qui lui permettait d’oublier sa vie de merde, sa société de merde. Comme des dizaines de jeunes filles, elle était tombé dans l’engrenage bien huilé d’Apollon et se retrouva très rapidement endetté envers lui et dû se résoudre à vendre son corps aux plus offrants afin de le repayer. Cependant aussi sublime qu’Apollon ait pu être en apparence, il n’en restait pas moins le chef d’une sorte de gang, un trafiquant de drogues et gérant d’un petit réseau de prostitution, et on disait qu’il succombait souvent à des crises de rage où il perdait tout contrôle de lui-même, on disait même que des gens disparaissaient mystérieusement après ses crises. La plupart de ceux qui y ont assistés n’en ressortaient pas indemnes. Ma mère elle, en plus de quelques marques violacées avait eu droit à un gosse. Moi.

Quelques semaines plus tard, Apollon fut arrêté et emprisonné pour divers crimes. Mais nous y reviendrons plus tard. Concentrons nous sur moi et ma petite personne, voulez vous ? Ma mère, en apprenant qu’elle était enceinte, n’a rien changé à sa routine quotidienne, elle écartait toujours les jambes pour divers individus en échange de fric qu’elle utilisait ensuite pour s’acheter drogues, alcool et clopes. À croire qu’elle essayait d’avorter. Mais, contre toutes attentes, je survis à tous ces mauvais traitements, bien que certaines mauvaises langues vous diront que j’en ai sûrement gardé des séquelles. Après tout, il paraît que les médecins avaient déclaré que c’était un miracle que je ne sois pas drogué à la naissance. Charmant, n’est-ce pas ? Moi je trouve juste surprenant qu’elle ait pris la peine de se rendre à un hôpital, quelqu’un a dû la voir perdre les eaux et s’est précipité à son aide en se prenant pour un preux chevalier. Oui. Sûrement. Ma génitrice ne s’est jamais vraiment occupé de moi, et ce depuis ma venue au monde. Elle avait même réussi à manipuler nos voisins, une famille nombreuse, pour qu’ils me nourrissent. Vous ne croyiez tout de même pas qu’elle gâcherait ses précieux seins pour me donner du lait. C’est à peine si elle me récupérait le soir, pour me remmener dans notre appartement. Enfin "appartement" est un bien grand mot pour cette pièce de deux mètres sur deux, froide et sans vie, qui contenait en tout et pour tout qu’un matelas posé à même le sol avec des draps et des couvertures plus ou moins propres.


And I'm a black rainbow and I'm an ape of God. I got a face that's made for violence upon ! And I'm a teen distortion, survived abortion ! A rebel from the waist down. I wanna thank you, mom, I wanna thank you, dad. For bringin' this fuckin' world to a bitter end. I never really hated a one true God. But the God of the people I hated ! You say you want a revolution, man. And I say that you're full of shit !


Ici, c’est le moment où vous commencez à vous attendrir devant mon sort, à comprendre la chance dont vous avez bénéficiez, n’est-ce pas merveilleux ? Je n’ai jamais eu d’enfance à proprement parler. Souvent, elle me laissait tout seul "chez nous" pendant tout une matinée pour aller s’envoyer en l’air avec un client. Nous avons tous connu ces moments en cours, où vous avez l’impression que les minutes s’éternisent. Mais imaginez-vous, tout seul, dans une pièce minuscule sans rien d’autre qu’un lit de fortune. Et là vous comprendrez pleinement et complètement l’expression des "minutes qui paraissent comme des heures", bien que je ne vous le conseille pas. L’ennui n’a jamais tué personne, mais pourquoi prendre des risques ? Toujours est-il qu’à force de tête-à-tête avec le mur sale, je m’étais juré que plus tard, je ferais tout pour ne plus jamais ressentir cette sensation écrasante de morosité et d’ennui. Alors je me suis inventé un ami, certes, un ami imaginaire mais un ami tout de même. Il était toujours là pour moi, dans ma tête et nous partions ensembles dans des mondes imaginaires, peuplé de créatures farfelues. Loin de la réalité morose et inintéressante. Et surtout loin de ma mère. Je ne sais même pas si je peux vraiment l’appeler comme ça, elle n’a jamais joué ce rôle envers moi. Elle n’a été que la femme qui m’a amené dans cette société de merde, par pur égoïsme, elle a voulu se venger de mon père à travers moi.

Elle s’est très vite rendue compte que plus je grandissais plus je lui ressemblais. Et moins elle pouvait me voir. J’avais hérité de sa légendaire beauté et beaucoup se retournaient à mon passage dans la rue, filles comme garçons, leurs regards glissaient sur mon corps, comme s’ils s’imaginaient me déshabiller. Au début, je détestais ça. Voyez-vous, j’ai toujours été ce garçon solitaire et bizarre, on me craignait en quelques sortes, même les plus grands et les plus forts n’osaient plus m’approcher. C’était en grande partie due au fait que des incendies inexplicables se déclenchaient à chaque fois que quelqu’un bravait l’interdit et les gamins avaient vite fait le lien entre ces feux intempestifs et ma personne. Oui, mes pouvoirs se sont manifestés assez tôt, même si je ne m'en rendais pas compte de l'ampleur de ce que je pouvais faire avant mon adolescence. C'est pourquoi, lorsque les jeunes demoiselles ont commencé à me regarder avec un peu d'insistence puis à glousser entre elles derrière mon passage, j'ai trouvé cela aberrant et chiant. Elles venaient même jusqu'à venir me parler en bafouillant et en rougissant. C'était horrifiant. Alors je me contentais de leur lancer un regard méprisant et des paroles froides pour les faire fuir, pourtant elles continuaient à revenir encore et encore. Je dû me résoudre à porter exclusivement des vêtements larges et m'affubler de chapeaux et lunettes pour ça se calme un peu.

« À force de les rembarrer de la sorte, elles vont vraiment croire que t’es gay. » murmura une voix féminine à mon oreille. Je soupirai légèrement. « De quoi j’me mêle ? » lâchai-je froidement. « Je suis Eris, la nouvelle. » continua-t-elle, comme si je n’avais rien dit. Je me retournais enfin vers elle, visiblement exaspéré, clope à la bouche. « J’ai l’air d’en avoir quelque chose à foutre peut-être ? » répliquai-je, expirant la fumée sur elle. Elle ne sembla pas gênée le moins du monde par la cigarette, elle semblait différente des autres filles, de ces blondasses aux gros seins, trop maquillées et sans intérêt. Peut-être me rappelaient-elles trop ma mère ? Eris avait des cheveux noirs coupés courts, elle était vêtue d’un t-shirt à l’effigie de Slayer et le visage exempt de tout produit cosmétique. « Peut-être pas maintenant, mais ça viendra. » dit-elle, souriante. « Je n’en serais pas si sûr, à ta place. » C’était déjà la plus longue conversation que j’avais jamais eue depuis un certain temps. « Je sais que tu as des pouvoirs et je sais en quoi ils consistent, ça fait partie du mien. » dit-elle, sourire satisfait aux lèvres. Je fronçais les sourcils, puis haussait les épaules « Je ne vois pas de quoi tu parles. » répondis-je. « Bien sûr que si, tu as remarqué tous ces incendies inexpliqués autour de toi, tu as remarqué à quel point les autres boivent tes paroles comme si tu étais un dieu, qu’ils t’obéissent, que tes blessures guérissent plus rapidement que la moyenne... » elle me fixait de ses yeux, immensités émeraudes. Je savais au fond de moi que tout ce qu’elle disait était vrai. Je n’étais juste pas prêt à l’assumer encore et elle le savait. « Tu n'es pas vraiment une lycéenne, hein ? » demandai-je. Elle sourit, secouant négativement la tête. « Tu as beaucoup de colère en toi, Narcisse, beaucoup de haine, mais tu ne sais pas les utiliser correctement. » dit-elle avant de partir.


I wake up everyday, the wrong side of the bed. I won't lay down on the floor like I'm the whore in your head. Call me a failure, pretender, sex offender, infector. Say I killed all my friends, and I deserve to be dead ! I won't pull out, I just came, I want all of the blame. Your love is too faithless. No concept of pain, no right to complain. All you fagazine senile teens draw me blackball me. DJ yourself away.... Turn your back, it will be easier to stab !


« Concentre-toi, Narcisse. Pense à tout ce que tu exècres... » murmura-t-elle à mon oreille. Des flots d’images passèrent devant mes yeux, cette pièce où j’ai été enfermé des heures durant devant mon enfance, ces enfants qui couraient dans les bras de leurs parents tout sourires, tous ces visages heureux que je ne supportais pas. Oui j’étais jaloux, jaloux de leur bonheur, parce qu’ils avaient quelque chose que je n’avais pas et que je n’aurais jamais, c’était l’amour de leurs parents. Et après, ils arrivaient encore à s’en plaindre. Non ils ne comprenaient pas. Ils ne comprendraient jamais ce que c’est de grandir avec une femme comme celle qui me servait de mère. Du plus loin que je me souvienne, elle ne m’a jamais rien dit. Pas un seul mot, une seule phrase. C’était à peine si je connaissais à quoi ressemblait sa voix à vrai dire. Je l’entendais juste crier et gémir parfois, depuis qu’elle a commencé à ramener ses clients chez nous. Vous parlez d’un modèle parental. L’amour maternel. Quelle connerie. Je n’ai jamais existé pour elle. Les rares fois où elle posait ses yeux sur moi, je n’y voyais que de l’indifférence teintée de mépris. Je me rappelle avoir tout fait pour avoir un compliment de sa part, ne serait-ce qu’un mot gentil. Je ramenais toujours d’excellentes notes. J’avais même décroché une bourse qui avait financé toutes mes études. C’est Eris qui m’avait suggéré que je ne m’y prenais pas correctement, qu’il fallait déjà que je tente d’obtenir une parole avant toute chose, je devais la provoquer. Alors j’ai tout essayé, tout ce qu’un parent pourrait désapprouver. J’ai commencé doucement. Je me suis mis à fumer dans l’appartement. Rien. Je me suis fait des tatouages. Rien. Je rentrais bourré. Rien. J’ai redécoré les murs avec des tags. Rien. Je me suis arrangé qu’elle me surprenne au lit avec une fille. Rien. Avec un homme. Rien. J’ai consommé sa propre drogue devant elle. Rien. Il n’y avait rien à faire... Et plus j’essayais, plus je la haïssais.

« Regardes... » Je rouvris les yeux. Les flammes avaient envahi toute une partie du lycée. Rouges. Oranges. Crépitantes. Un rire incontrôlable vint chatouiller ma gorge, bientôt rejoint par celui d’Eris. Et le feu était comme mon rire. Incontrôlable. Démesuré. Je riais tellement, que j’en avais du mal à respirer, mes yeux avaient rougi. J’avais ri à en pleurer. Ri à en crever. Au bout d’un moment je retrouvais mon calme, pendant que les sirènes des pompiers retentissaient. Alors que nous nous éclipsions de notre perchoir un peu plus loin. « Encore une dernière chose, Narcisse. » Elle me tendit un flingue. Soudain, nous étions revenus dans la chambre. Ma mère se tenait devant moi, de dos, elle ne nous avait pas encore vu arriver ou alors elle nous ignorait. J’avançais jusqu’à elle, faisant résonner le cliquetis caractéristique de l’appareil, apposant la pointe à sa tempe. « Et si je repeignais les murs avec ton sang en utilisant ta tête en guise de peau, hein ? Qu’en penses-tu, Maman ? » susurrai-je. Oui je suis un peu taré, peut-être que toute la came que prenait ma mère pendant sa grossesse y est pour quelque chose. Elle ne disait toujours rien, ce qui avait le don de décupler ma rage, ma haine contre elle. « Pas de dernières volontés, Maman ? Rien à dire à ton fils ? Hein ?! » Ma voix devenait de plus en plus menaçante, je la bousculai et elle tomba, fragile petite chose. Ses yeux exprimaient toujours le même dédain qu’elle avait toujours eu en ma présence, mais il y avait quelque chose de plus, une sorte de résignation. Elle n’avait pas peur, elle ne paniquait pas comme dans les multiples fois où je m’étais rejoué cette scène dans ma tête. Et je ne supportais plus ce regard. Je levais le bras, le doigt recourbé sur la cachette, je tremblais légèrement. « Fais-le. » souffla la voix, la voix d’Eris, la voix de mon ami de toujours, celui-là même qui avait été là pour moi depuis mon enfance. Le coup partit, la balle allant se loger entre ses deux yeux, figés dans cette expression immonde pour l’éternité. Comme quoi les semaines d’entrainement sur une cible donnaient leurs fruits. Mon plan était parfait, la plupart des pompiers de la ville seront concentrés sur l’incendie du lycée, et peu viendraient se soucier de ce vieil immeuble au milieu d’un quartier mal famé où les coups de feu sont monnaie courante. Personne ne verrait que une des péripatéticienne de l’endroit était déjà morte avant l’incendie. Tout le monde s’en fichait. Bienvenue dans notre société.

Et maintenant, j’étais libre. Sans attache. Sans famille. Sans rien. En fait si, il me restait quelqu’un. Quelqu’un que je n’avais encore jamais vu de ma vie. Qui ne connaissait probablement même pas mon existence. Retrouver la prison où il était enfermé, n’avait pas été très difficile. Y entrer en tant que visiteur encore moins. C’était tellement ironique au fond. Et on le fit entrer, lui, l’homme dans son uniforme orange, il parut avoir quelque peu de mal à s’asseoir sur la chaise de l’autre côté de la vitre de sécurité, je retins un rictus mauvais. S’il savait... Je mériterais tout autant que lui d’être de l’autre côté. Mais rien n’est illégal, tant que l’on ne se fait pas prendre... Je saisi le combiné de la main, il fit de même. « Bonjour, Papa. » J’ai toujours voulu prononcer ce mot. Je lui souriais. C’est fou ce qu’on se ressemblait, mis à part les cernes et le visage creusé par la fatigue, on aurait très bien pu nous prendre pour des frères. Il était bien conservé le vieux. « Narcisse. Comment va ta mère ? » Pour le coup, j’avoue avoir été surpris, même si je ne l’ai point montré. « C’est cela, fais comme si t’en avais quelque chose à foutre. Elle est morte dans un incendie, il y a quelques jours. » répondis-je, froidement. Je ne sais pas si c’était moi qui devenais parano, mais j’avais l’impression qu’il connaissait déjà toute l’histoire. C’était perturbant. « Pourquoi es-tu venu, Narcisse ? » Bonne question, moi-même je n’étais pas sûr de connaître réellement les motivations de cette visite. « Je voulais juste voir l'effet que ça a d'avoir un père. Même derrière une vitre. » répondis-je, souriant. « Tu rirais moins si tu étais à ma place. » grogna-t-il. « Possible, mais je n'y suis pas et dans quelques heures à peine, j'irais à New York, recommencer une nouvelle vie pendant que toi tu restes ici à pourrir derrière les barreaux. » Il sembla se renfrogner encore plus et moi je souriais encore plus. « Pas encore, pas encore, mais ça va venir. Crois-moi, la prison c'est de famille. » Sur ces menaces qui ne me perturbèrent nullement, le gardien nous fit signifier que l'échange était terminé. Je n'avais plus qu'à me rendre à l'aéroport et m'envoler vers la grande pomme. À peine quelques mois plus tard, je m'étais déjà très vite ajuster à cette vie. J'avais un métier qui me rapportait beaucoup, faut dire que j'avais peu de mal à persuader de jeunes couples naïfs ou des célibataires d'acheter tel ou tel appartement ou maison ainsi que de me recommander à leurs amis. J'avais également fait moi-même l'acquisition d'un joli endroit rien qu'à moi. Ces dernières années, j'ai appris à m'affirmer, les regards insistants ne me gênaient plus, au contraire, j'avais appris à en jouer. Mettre en confiance les autres pour mieux se retourner contre eux. Tellement jouissif. New York. Tant de nouvelles personnes à qui jouer des mauvais tours. Tant de choses qui devraient partir en fumée. Et c'est ainsi que je vécu heureux jusqu'à la fin des temps. Ou pas.




Dernière édition par Narcisse M. Lecter le Lun 26 Mar - 23:48, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   Ven 16 Mar - 10:11

BEEECHHHHHHHHH
Bienvenue
Si tu as la moindre question n'hésite pas
Bonne chance pour ta fiche ( Petite précision, Josh a 26 ans dans la réalité ton personnage ne peut avoir que plus de 23 ans Wink )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   Ven 16 Mar - 10:17

MERCI
J'vais tâcher de finir vite mais j'aurais sûrement besoin d'un délai, parce que 5 jours c'pas assez Rolling Eyes *tortue*
(Merci de me le dire vu que j'suis tombé sur un site où il me disait qu'il en avait 22 °° Pourquoi y peut pas avoir de page Wikipédia sur lui ? Bref, j'ai changé en 24 /o/)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   Ven 16 Mar - 11:38

bienvenue parmi nous Razz
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   Ven 16 Mar - 11:46

Beech !!!!!!!!!!!!!!!!! je t'aime !!

Bienvenue parmi nous I love you

en cas de besoin, harcèles-moi Very Happy

*curiosité* c'est qui le membre qui t'a ramené ?? même si je pense avoir une petite idée
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   Ven 16 Mar - 12:39


JOOOOOOOOOOOOSH

Bienvenue sur Supernova
Bon courage pour ta fiche <3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   Dim 18 Mar - 9:14

    Merci à vous, jolie demoiselle et gentlemen sexy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   Dim 18 Mar - 9:35

c'est caiiiinouuuuu ?! (jdemande mais en fait jle sais déjà Rolling Eyes) bienvenuuuuue ** veux un lien **
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   Dim 18 Mar - 9:52

    En chaire et en os, chaton
    Et pour le lien ça sera avec plaisir
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   Dim 18 Mar - 9:54

Bienvenue Smile ! Désolée du retard ! Très bonne fiche j'aime beaucoup Smile !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   Lun 19 Mar - 21:38

TON PRENOM, TON PRENOM NUMERO DEUX, TON NOM, TON PERSO, TON VAVA ! J'en suis dingue !! Complètement dingue ! J'exige un lien, tout de suite maintenant ! Et si tu as besoin de quoi que ce soit n'hésite pas, hein !! *__*

Ah et au fait ! Bienvenue Razz
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   Mar 20 Mar - 12:10

  • Dejan ▬ T'excuse pas pour ça xD Et merci ça me fait plaisir
  • Sloan ▬ Hanwii aime-moi Et pas de problème pour le lien
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   Mar 20 Mar - 18:26

Narcisse M. Lecter a écrit:

  • Sloan ▬ Hanwii aime-moi Et pas de problème pour le lien

Fait dès le premier regard !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   Jeu 22 Mar - 15:48

Josh, très bon choix, quoi !
Bienvenue Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   Jeu 22 Mar - 20:25

BIENVENUUUE !!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   Ven 23 Mar - 5:06

<3 roh je t'aime toi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   Sam 24 Mar - 4:55

    Merci à vous jolies demoiselles

    Moi aussi je t'aime veux, ma Plume
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   Sam 24 Mar - 20:04

Oh, je ne t'ai toujours pas souhaité la bienvenue? Pauvre choux! ;__;
Bonjour et bienvendu (oui, tu as bien lu)! ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   Dim 25 Mar - 3:51

han *A*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   Lun 26 Mar - 23:59

    Nico ▬ Pauvre de moi en effet, c'est méchant de m'avoir oublier Rolling Eyes
    Plume

    ET C'EST FINI
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   Mer 28 Mar - 15:25

Hooo le vilain petit garçon /SBAFF/ j'aime

Je te valide mon chou ! n'oublies pas de recenser ton avatar et tu peux aller faire ta fiche et rp !!

have fun in hell I love you
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
“”



MessageSujet: Re: ❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »   

Revenir en haut Aller en bas
 

❝ NARCISSE L. ❞ ▬ « Watch out, we got a badass over here ! »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Supernova : crazy stupid heros !  :: TAKE IT EASY :: ON ENLÈVE LES MASQUES :: ANCIENNES FICHES-