.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fais pas comme si tu m'évitais pas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Fais pas comme si tu m'évitais pas.   Mer 21 Mar - 20:14

Lui, s'acharner de façon ridicule ?
Totalement. Mais n'était-ce pas cela qui était drôle ?
Samedi, matinée. Il s'était levé à une heure relativement raisonnable pour lui, soit treize heures. Quinze heures de sommeil tout pile, c'était parfait, et le samedi, il avait congé. Donc, il pouvait en profiter pour faire ce que le reste de la journée lui réservait, soit, au choix, aller traîner à Central Park, voir des amis ou rester toute la journée couché dans son canapé défoncé, son chat sur la poitrine.
Finalement, il avait opté pour l'idée la plus saugrenue de toutes, soit aller voir Dorota dans Greenwich Village. Il ne se rendait que rarement dans cette partie de la ville, il vivait dans le Bronx après tout, mais lorsqu'il y allait, c'était toujours dans le même but plus ou moins honnête d'aller embêter la jeune fille. En même temps, c'était facile. Et elle ne lui avait toujours pas pardonné leur tout petit incident, lors de la seule activité de supervilain qu'ils avaient fait ensemble. Une minuscule décharge électrique et elle l'avait planté là, au milieu d'un building en train de s'écrouler. Il n'avait pas trouvé le gag très drôle, autant vous le dire, et apparemment elle non plus. Alors qu'il n'avait même pas exprès, si ce n'est pas honteux.

Appuyé à côté de la porte de l'appartement de Dorota, cela faisait environ vingt-sept fois que le blond faisait sonner la sonnette au bruit strident, sans même appuyer sur celle-ci. L'électrokinésie, ça peut vous servir, mes chers, quand vous ne détraquez pas tout ce que vous approchez. Clarence maintint le contact, bruit strident qui se prolonge à l'infini, et cria, de sa voix basse et rauque de par la cigarette :

« Dorotaaaaa ! Ouvre cette putain de porte ou je la défonce, super fort ou pas ! »

Et il n'allait pas faire cesser la sonnette non plus.
Clarence sortit ses cigarettes de ses poches et en alluma une, patientant encore devant la porte de la brunette. Parfois, elle l'ignorait et ne répondait pas. D'autres fois, elle acceptait de lui parler. Là, il lui avait même volé un joli bouquet de marguerites blanches, elle ne pourrait pas être de mauvaise humeur, si ? Un regard désintéressé au bouton de la sonnette, toujours enfoncé. Non, elle allait finir par descendre... ça faisait longtemps, après tout, et même elle était incapable de se passer de lui.


Dernière édition par Clarence McQueen le Mer 21 Mar - 21:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: Fais pas comme si tu m'évitais pas.   Mer 21 Mar - 21:11

A vingt-trois ans, Dorota n’avait toujours pas trouvé le grand amour. Certains diront que c’est à cause de son sale caractère, ce qui n’est pas totalement faux. Même si elle devait se marier en fin d’année, la jeune polonaise n’est pas du genre à s’engager dans une relation sérieuse à proprement parlé. Pourquoi se contenter d’un homme alors qu’on peut se faire plaisir ? Mais bon, il faut avouer quand même qu’avoir eu une relation avec un simple civil était assez pratique pour essayer de vivre normalement. Aux personnes qui disaient que son sale caractère en est la cause, elle leur répondrait bien qu’ils leur seraient bénéfiques pour eux de se mêler de leur petite vie misérable.

Il lui arrivait de temps en temps, comme tout bon être humain, de passer une mauvaise nuit. En effet, elle l’avait passé à regarder l’heure sans pouvoir trop dormir. Enfin, elle avait réussit peut-être à dormir au moins une heure, peut-être, pas plus. Ce qui était bizarre, c’était le rêve qu’elle venait de faire. Elle avait rêvé du moment où elle avait fait un coup avec Clarence, qui avait plutôt mal finit d’ailleurs. Cela était encore raisonnable. Venons-en à ce qui lui paraissait étrange. Donc, le jeune homme était habillé dans une tenue rose. Quand elle y repense, elle trouve cela dégoutant. En ce moment, Dorota était dans sa cuisine, entrain de touiller son café depuis environ vingt minutes et en regardant droit devant elle. Le mur n’avait plus aucuns secrets pour elle.

« Je ne sais pas pourquoi je garde cette photo de lui. »

Elle finit par boire son café même s’il avait légèrement refroidis. Dorota fut, en quelque sorte, réveillé par le bruit de la sonnette. Qui pouvait bien la dérangé aujourd’hui ? Elle décida de le ou la laisser sonner. Et puis de toute façon, si ce n’est pas vraiment important, la personne finirait par partir.

« Dorotaaaaa ! Ouvre cette putain de porte ou je la défonce, super fort ou pas !»

Oh non, pas lui. Il avait décidé de venir l’embêter la nuit mais aussi le jour. Il ne s’arrête jamais dis donc. En plus, Dorota était encore dans sa petite nuisette rose pale & elle n’avait pas le temps de s’habiller. Surtout si elle n’avait pas envie de s’acheter une nouvelle porte.

« Deux secondes. J’arrive. »

Dorota parti à vitesse grand v dans sa chambre pour y prendre un peignoir qui cacherait un peu plus son corps. Ensuite, elle repartit à la même vitesse à sa porte. Elle était encore là. Oui, la porte. Enfin, aussi Clarence mais bon, c’est autre chose. Elle ouvra légèrement la porte afin qu’il ne puisse voir que son visage.

« Que me vaut cette visite ? » dit-elle d’un ton plutôt neutre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: Fais pas comme si tu m'évitais pas.   Jeu 22 Mar - 6:45

Il entendit Dorota lui annoncer qu'elle allait ouvrir dans deux minutes. Ah, c'était pas trop tôt ! Il avait pas que ça à faire, lui, poireauter devant sa porte pendant des minutes entières. Ça l'épuisait déjà suffisamment de vivre, tout simplement, il n'allait pas en plus faire la statue dans Greenwich Village. Très rapidement, la porte s'ouvre légèrement sur la personne de la brunette, qui te demande sur un ton très neutre ce que tu fais là. Tu souffles ta fumée de cigarette vers le ciel et réponds, en poussant la porte avec force pour entrer, profitant de ta carrure et de tes vingt-six centimètres de plus que Dorota. Tu n'es pas très bâti, mais tu as quand même de quoi imposer. Faut l'utiliser, quoi.

« Je t'ai apporté des fleurs. »

Quel prétexte ridicule.
Clarence entra donc dans l'appartement de la jeune femme, prenant ses aises comme s'il était chez lui. Il n'avait même pas arrêté de fumer, continuant de tirer sur sa cigarette à l'intérieur. Il était dans une bonne journée, donc fallait que ça continue sur cette lancée. Ses souliers tachés de boue sur le plancher, aussi, pour accentuer l'effet « je suis chez moi » qui allait probablement plaire à la vilaine. Une ampoule de la lumière au-dessus de lui grésilla, puis s'éteignit instantanément. Normal, ça aussi. Le blond se retourna vers la brunette. En peignoir. Qui cachait un vêtement franchement plus léger dessous. Oh, comme il regrettait soudainement de ne pas avoir une super vision... Il prit sa cigarette entre les doigts de sa main libre et émit un sifflement admirateur, en plus d'un commentaire :

« C'est joli, ça, tu devrais porter ça, pour les attaques, au lieu de ton costume ringard de grand-mère. »

Champion. Il remit sa cigarette entre ses lèvres et entreprit d'ouvrir les armoires de sa cuisine, faisant dos à la charmante peu vêtue :

« Merde, t'as pas un vase ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: Fais pas comme si tu m'évitais pas.   Jeu 22 Mar - 8:35

« Je t'ai apporté des fleurs. »

Bon, ce n’est que Dorota n’aime pas qu’on lui offre des fleurs mais de la part du jeune homme, cela semblait cacher quelque chose d’autre. Juste avant ces paroles, elle faillit basculer en arrière et se retrouver les fesses au sol. Monsieur avait décidé de forcer le passage pour accéder à son appartement. Et heureusement, qu’elle n’était pas tombé parce qu’ou sinon, elle l’aurait directement foutu à la porte au risque de se prendre une autre décharge électrique.

« Hé ! Doucement quand même ! Tu aurais quand même pu prévenir de ta venue. Des fleurs ? Pour quelle occasion ? » Dit-elle en fermant la porte.

Elle le regardait évoluer dans la pièce principale de l’appartement. Dorota n’aime pas vraiment le comportement qu’il a aujourd’hui. Et dire que c’est son comportement de tous les jours. Il ne changera jamais, décidément. Quand on est poli, galant & normal, on attend que la personne ouvre la porte & autorise l’invité à entrer. Son éducation a fait que Dorota ne pourrait en aucun cas se comporter de la sorte chez les autres. Pour couronner le tout, Clarence commençait à tout salir & à détraquer tout l’électricité, enfin pour l’instant, une seule ampoule. Enfin, elle savait très que cela pouvait aboutir à beaucoup plus.

« Vas-y ne te gêne pas. N’attends surtout pas que je t’autorise à rentrer & à prendre un minimum d’aise. » Marmonna-t-elle sur un ton ironique.

Elle n’avait pas finit de parler quand le jeune homme se rapprocha d’elle.

« Et aussi, si t’as prévu de faire griller l’électricité de mon appartement, voir de tout l’immeuble. Ensuite, qu’il brûle pour je ne sais quelle raison. Dit le moi tout de suite, que je commence à rechercher un autre ou que j’aille vivre chez des amis ! »

Soudainement, Dorota vit que Clarence posa les yeux sur sa petite tenue avant d’y ajouter un commentaire.

« C'est joli, ça, tu devrais porter ça, pour les attaques, au lieu de ton costume ringard de grand-mère. »

Et puis quoi encore ? S’il veut se rincer les yeux, il y a des femmes sur le net ou les programmes qu’on passe tard le soir sur les chaines payantes du câble. Son costume de méchante n’était pas ringard du tout ! Il ne vise juste pas à attirer les regards. Et il pouvait parler lui, il avait quand même pris cher dans son rêver avec son costume rose.

« Non mais dis donc. Tu ne veux pas une photo souvenir dédicacer, non plus ? »

Dorota fut horrifié quand elle le vit se dirigé vers la cuisine. Comme si elle allait passer derrière lui pour tout nettoyer. Elle en profita qu’il soit retourné pour afficher une marque de désespoir sur son visage. Mais celle-ci disparu au moment, il lui faisait à nouveau face.

« Merde, t'as pas un vase ? »

« Les vases sont dans le buffet du salon. Mais attends ne bouge, je vais le chercher moi-même parce que tu ne vas pas continuer à tout salir comme ça. Je ne suis pas une femme de ménage avec la petite tenue & tout le bazar »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: Fais pas comme si tu m'évitais pas.   Sam 24 Mar - 2:13

    « Pour te faire plaisir, tu crois quoi ? T'es jamais contente. »

    C'était bien la seule raison pour laquelle il lui avait emmené des fleurs. Ça et un jour peut-être espérer qu'elle cesse de lui faire la gueule à cause de rien du tout. Pas de sa faite si ses pouvoirs déconnaient joliment ! Ils n'en faisaient qu'à leur tête, généralement. Il n'avait jamais demandé à en avoir, après tout, maintenant, il devait se les coltiner contre son gré, il ne fallait pas qu'elle oublie ça. Même si en fait, personne ne savait vraiment que ses pouvoirs... m'enfin. Ce n'était pas important. Il avisa une tasse de café sur la table, dans lequel seul un fond de café froid reposait, et il y fit tomber les cendres de sa cigarette, ne portant pas attention à son petit commentaire sur sa tendance à faire griller l'électricité.
    Oui, elle lui en voulait encore pour cet incident.
    McQueen n'en fit donc pas de cas et s'assit sur la table de la cuisine, posant ses pieds sur une chaise. Dire qu'il avait eu la même éducation exemplaire que ses frères, mais qu'il avait plutôt décidé de la jeter aux poubelles. Il n'était ni galant, ni poli, et encore moins normal, et ça lui allait parfaitement bien comme ça. Un haussement de sourcils quand elle parla du fait qu'elle ne ferait pas le ménage en petite tenue. Son ton se fit mielleux, enjôleur, pour lui répondre, ses yeux posés sur ses cuisses dévoilées par sa légère tenue :

    « Pourtant, t'as déjà la tenue. Un sourire faussement innocent et aucunement crédible, ses yeux qui remontent à ceux de la brunette. Je voulais venir te voir, j'ai plus le droit ? Tout ça à cause d'une petite décharge électrique, t'es rancunière pour rien, Velocity. »

    Et maintenant, il faisait le Calimero. Comme il faisait pitié, le Eel. Comme pour l'appuyer, ou plutôt pour appuyer la jeune femme dans sa frustration, les chiffres sur le four commencèrent à clignoter, comme à la suite d'une panne d'électricité. Ah non. Il avait bien dormi, il était supposé être en contrôle de lui-même, pas être en train de détraquer l'appartement de Dorota. Elle allait bien tenter de le foutre dehors alors qu'il lui avait emmené des marguerites.
    Clarence termina sa cigarette et la jeta dans le fond de café froid, soufflant la fumée au-dessus de sa tête. Une habitude. Avec ceux qu'il n'aimait pas, il ne se gênait habituellement pas pour leur souffler sa fumée au visage. Là, euh, un minimum de respect. Cela dit, il avisa le système d'alarme en fonction. Un claquement de doigts nonchalant en sa direction et la lumière rouge arrêta de clignoter. Pas envie qu'alerter les pompiers pour une cigarette.

    « Et puis, ça me plaît bien, quand t'es en colère. Et si tu tiens pas à ce que j'aille chercher ce foutu vase, tu devrais l'emmener et vite, beauté. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: Fais pas comme si tu m'évitais pas.   Sam 24 Mar - 17:41

« Pour te faire plaisir, tu crois quoi ? T'es jamais contente. »

D’habitude, Dorota croit quand on lui dit ça. Mais cette fois-ci, avec lui, c’était différent. Elle ne sait pas pourquoi, mais quelque chose au fond d’elle, semblait lui dire de se méfier un peu quand même. Peut-être est-ce à cause d’un petit manque de confiance en elle dont elle est la victime depuis le lycée ? C’est une possibilité. La polonaise le regarder prendre de plus en plus ses aises, et bizarrement, elle ne disait rien. De toute façon, elle ne pense pas que cela aurait fait un seul effet sur le jeune homme. Dorota a dû mal à se faire obéir, et elle aimerait bien que cela évolue. Je ne vous dis pas ce que cela va donner quand elle aura des enfants. Enfin si elle en a un jour.

« D’accord ! Enfin bref. »

Et oui, elle se contenta de dire ça. Elle n’allait quand même pas faire tout un discours. Ce qu’elle pouvait se sentir gêner quand elle vit qu’il se posa encore son regard sur elle. Est-ce que tous les mecs sont comme ça ? Avec Xavier, son ex-fiancé, elle avait eu de la chance, il était gentil comme tout & la traitait bien. Il l'était même un peu trop pour ne pas voir qu'elle se foutait de lui. Mais bon cette époque est terminée.

« Pourtant, t'as déjà la tenue. Je voulais venir te voir, j'ai plus le droit ? Tout ça à cause d'une petite décharge électrique, t'es rancunière pour rien, Velocity. »

Prochaine chose qu’elle fera demain ou même en début de semaine prochaine, c’est de s’acheter un pyjama un peu plus long, au cas où qu’il lui rendrait encore visite par surprise. Voir même tout autre personne, on ne sait jamais. Cela serait tellement si elle pouvait voir dans l’avenir. Qui ne rêve pas de ça ? Exactement, elle est rancunière & pas qu’un peu. L’électricité lui rappelle son premier échec. C’était quelque chose de très douloureux, Dorota a même cru qu’à un moment, elle allait mourir. Ce n’est pas des conneries. Alors, la décharge qu’elle avait reçu de sa part, lui remémorer un mauvais souvenir. Chose peu agréable. Elle n’avait pas envie qu’il sache son point faible.

« Très drôle. Une petite décharge ? Peut-être pour toi, mais tu ne sais pas ce que ça veut dire pour moi. »

Voilà, qui était suffisant mais de trop, à vrai dire. Elle commença à tourner les talons quand l’alarme se déclencha et s’éteignit juste après. Elle leva les yeux au ciel en murmurant quelques mots en polonais, mais rien de méchant. Arrivé devant le buffet, elle se baissa en faisant attention à ce qu’on ne puisse rien voir de son corps. Au cas où, il aurait l’idée de se rincer encore l’œil. En quelques secondes, elle fut de retour devant lui afin de lui tendre le vase.

« Tiens voilà. Maintenant, je vais en profiter pour aller m’habiller si cela ne te dérange pas. Et puis pour la tenue, moi au moins je n’ai pas porté une tenue rose comme dans mon … »

Et zut. En espérant qu’il ne portera aucune attention à sa deuxième phrase. Ce qui est quasiment impossible. Quelques secondes plus tard, elle était dans sa chambre, la porte verrouillée à triple tour. Ah bah oui. Elle choisit une tenue assez simple ; c’est-à-dire ; robe plus longue que sa nuisette, des collants et puis des chaussures à talons. Et hop, de retour dans la pièce principale.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
“”



MessageSujet: Re: Fais pas comme si tu m'évitais pas.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Fais pas comme si tu m'évitais pas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Supernova : crazy stupid heros !  :: THE BIG APPLE :: MANHATTAN-