.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 too much love will kill me ❥ Epi&Hive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: too much love will kill me ❥ Epi&Hive   Mar 10 Avr - 22:07


Cela devait faire une demi-heure que mon nez pissait le sang. Je l’avais pas vu venir, en pleine partie de Left for Dead en ligne, écouteurs et micro branchés, je gueulais des ordres à mes coéquipiers sous le regard agressif du clébard qui espérait peut-être que j’allais le nourrir. Il pouvait chialer autant qu’il voulait, je le laisserais crever dans un coin sans aucun remord. Il l’avait bien compris, d’ailleurs, et il attendait toujours qu’Epi se pointe pour aller couiner entre ses pattes. Et puis, une goutte d’hémoglobine avait souillé ma mannette. Je m’étais essuyé du revers de la main, par pur réflexe, laissant une traînée rougeâtre sur ma peau, mais ça ne s’était pas arrêté. Comme j’étais assis par terre en tailleur, j’avais fini par mettre un chandail qui trainait sur le canapé (et qui devait appartenir à Epi) sur mes genoux pour ne pas bousiller mon jeans avec des taches indélébiles, tout en poursuivant mon jeu vidéo. J’avais appelé plusieurs fois Epi pour qu’il me ramène une boîte de mouchoirs mais, apparemment, il n’était pas à la maison. Ouais, c’était plutôt étonnant, ce p’tit con avait une vie en dehors du squattage de mon appartement. Et, évidemment, il n’était pas dans les parages quand j’avais besoin de lui. J’allais crever d’une hémorragie, là. Evidemment, je ne mourrais jamais des maladies que mon organisme me concoctait tout spécialement pour moi. Sans doute une rhinite aigüe. Sans doute n’en avait-on rien à foutre de quoi il s’agissait.

Puis, le sac à puces détala jusqu’à la porte d’entrée et se mit à faire des cercles en battant de la queue. Le cliquetis de la serrure parvint brièvement à mes oreilles, l’épileptique galérait toujours avec les clés. Du moins, j’en avais l’impression. Abandonnant les autres joueurs en ligne à leur sort face à une horde de mort-vivants, je me levai pour lui ouvrir. Je demeurai un instant immobile face à lui, prenant doucement conscience de mon état… A savoir le nez toujours ensanglanté, le teint vampirique puisque que je me vidais de mes globules rouges, avec des traces de sang séché décorant mon visage et mon T-shirt blanc qui était prêt pour tourner dans un film gore. D’un air grave, je lui déclarai : « Epi, j’ai le cancer du cerveau. Je veux coucher avec toi avant de mourir. » Je le laissai entrer dans l’appartement, où son chiot se mit à lui faire la fête. Si je lançais un bâton par la fenêtre grande ouverte, ce clébard attardé sauterait après dans le vide. Une idée pour s’en débarrasser à jamais. Je jetai un œil sur le palier, au cas où notre voisin sexy passerait par là. Il me semblait qu’il était infirmier, ça pourrait servir, surtout que le personnel médical était réputé chaud bouillant. Quoique, en réalité, j’ignorais jusqu’à son nom, j’avais mieux à faire que de l’écouter quand par chance je me retrouvais face à lui sans un certain épileptique aux alentours.

N’ayant aperçu personne, je refermai la porte, légèrement déçu, et me retournai vers Epi. Je l’attrapai par les hanches pour l’attirer à moi avant d’ajouter, le regardant droit dans les yeux : « C’est ma dernière volonté, tu dois l’exaucer. » Je devais avoir péter un plomb pour me mettre à le draguer comme ça, mais j’avais essuyé tellement de refus qu’un de plus n’aurait rien de frustrant. C’était surtout que j’étais en manque, j’avais privilégié les jeux vidéos à toute forme de vie sociale ces deux dernières semaines. Alors autant s’attaquer à Epi qui était déjà chez moi, plutôt que d’aller écumer les bars gays dans l’espoir de se dénicher un bon coup, technique peu fiable, croyez-moi. Mon squatteur avait l’avantage de la proximité et de la nouveauté, puisqu’il était plus pur que le petit Jésus lui-même. Je ne m’étais jamais tapé de puceau, à part Nahel, mais ça ne comptait pas parce que c’était notre première fois à tous les deux. Et comparé à Nahel, Epi était un ange, ce qui donnait très envie de le pervertir…
Revenir en haut Aller en bas
 

too much love will kill me ❥ Epi&Hive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Supernova : crazy stupid heros !  :: THE BIG APPLE :: MANHATTAN :: Résidences :: Greenwich Village :: Appartement de Hive Bartok-Perkins & Enis Leshman-