.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « It's so easy when you know the rules » - CSH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: « It's so easy when you know the rules » - CSH   Mar 8 Mai - 17:10


Carly Silvia Herlag

“ Your life - don't play hard to get ”



ϟ I'M BAD/GOOD

Aujourd'hui, je vais vous raconter une vie. Il était une fois à Manhattan une jeune fille du nom de Carly Herlag, qu'on entendait appelé également Kay. Elle était âgée de 23 belles années et jamais elle se serait douté qu'en naissant à Honolulu, le 7 juillet 1989 précisément, sa vie serait à jamais bouleversé en devenant un SuperStaff. Heureusement pour elle, elle était tout simplement célibataire et hétérosexuelle. On apprit par la suite que sans se sentir mal à l'aise, elle précisa qu'elle travaillait comme surveillante ( et parfois couturière [ il faut bien des costumes non ? ] ), à Supernova. Pour finir alors qu'elle se promenait dans les rues de New York, elleeut la très grande surprise d'être comparé à Sasha Pivovarova et avec pudeur elle dit seulement un merci et rentra à s'en alla à d'autre occupations.
ϟ BAD HABITS

A ce qu'il paraît, lorsque je veux user de mon don, je baisse la tête et j'attends quelques secondes, qu'une sensation étrange m'envahisse ; là, je sais que je peux me transformer. Cette sensation, c'est quasiment la même que l'on ressent en mangeant du chocolat ou en s'envoyant joyeusement en l'air. Une fois, quand je me suis retrouvée au lit avec un garçon, j'étais blonde avec des yeux bleu avant l'acte. Bah après, j'étais rousse, cheveux courts et bouclés, avec des tâches de rousseur et de très jolis yeux verts. Le mec n'a rien compris du tout. Je ne contrôlais alors aucun pouvoir lorsque cela s'est déroulé. Fin, juste un tout petit peu. Sinon, j'ai tendance à changer de coiffure au moins trois fois par jour. Queue de cheval, tresses, cheveux détachés, tout y passe.





ϟ T'es plutôt bonbons ou chocolat, chien ou chat ?
♦️ Les fringues. Parce que quand on veut passer inaperçu en adoptant le physique d'une autre personne, autant adopter son style vestimentaire. Mais elle déteste changer de sexe. Ca la fait se sentir mal à l'aise.
♦️ Les séries télé médicales. Grey's Anatomy parce que ça la fait parfois pleurer et parfois rire, Docteur House parce qu'elle kiffe Hugh Laurie. Elle ne connait que celles-là pour le moment. Elle déteste les films à la mord-moi-le-noeud. Elle trouve ça d'une débilité profonde...
♦️ Le chili con carne. Allez savoir pourquoi... Mais elle déteste les pizza et les pâtes au pesto. Mauvais souvenir d'enfance.
♦️ La plage et le soleil. Les deux vont de pair pour elle et cela lui rappelle son pays natal. Elle déteste cependant se retrouver dans une forêt froide, quand bien même lumineuse, et que sa voix résonne dans le vide.
♦️ Les fleurs. Ca égaie une pièce, ça sent bon, ça rajoute des touches de couleur. Bref ça a tout pour plaire. Pourtant, elle n'aime pas les plantes qui donnent l'impression d'être mortes alors que non.
♦️ Les petits ouistitis. Elle rêve d'en avoir un. Cependant, sa phobie est celle des abeilles, guêpes, frelons, bourdons. Là encore, mauvais souvenir d'enfance.
♦️ L'eau. C'est son élément favori et elle n'hésite jamais à aller piquer une tête à la piscine ou à la plage lorsque l'occasion se présente. Et la terre est l'élément qu'elle hait au plus haut point, car ça lui donne l'impression d'étouffer.
♦️ Le dessin. Un moyen d'évacuer sa rage, ses coups de gueules. Ca lui sert aussi de support pour ses rêves et autres illusions et pour prendre confiance en elle. C'est d'ailleurs une très bonne dessinatrice. Malgré tout, elle n'aime pas dessiner des notes, ou les écrire. La musique, elle l'écoute.
♦️ Voyager. Elle essaie au maximum de visiter le plus de pays possibles. Car elle n'aime pas rester sur place beaucoup trop longtemps.
♦️ Le romantisme, les gars qui s'approchent doucement d'elles et qui cherchent à nouer une amitié avant d'aller plus loin. Elle déteste les boulets du genre " Miss aux ch'veux lisses, t'aurais pas un 06 ?". Ceux-là, elle les évite.

ϟ T'es plutôt du genre à faire régner le mal ou le bien ?
♦️ Ce n'est pas une personne foncièrement méchante. Elle aime bien être gentille avec les autres. Ce n'est pas Mère Thérésa non plus. Elle rendra service si on vient à le lui demander. Malgré tout, il ne faut pas profiter d'elle car elle est revancharde et finira par vous poignarder dans le dos.
♦️ C'est une personne compréhensive, honnête et patiente. Un peu le genre psychologue mais sans en être une. Elle peut passer des heures à écouter les gens, les conseiller, les aider à remonter la pente.
♦️ C'est une romantique dans l'âme. Elle rêve d'une demande en mariage sur la plage, avec les violons qui jouent autour d'elle, ou encore au parc, dans une roseraie. Elle rêve de découvrir le matin un petit mot sur l'oreiller d'à-côté, accompagné des restes du parfum de l'autre personne...
♦️ C'est une grange rêveuse. Elle sait qu'elle imagine beaucoup de choses et cela tend à lui jouer des tours.
♦️ C'est une personne indépendante. Elle aime rendre service mais ne veut pas qu'on l'aide pour telle ou telle chose.
♦️ Elle a peu confiance en elle. Elle se rend compte que les conseils qu'elle prodigue à tout un chacun pourraient s'appliquer à elle.
♦️ C'est une personne enthousiaste, enjouée. Elle sourit beaucoup, tente de transmettre son sourire. Ce qu'elle réussit plus ou moins.
♦️ C'est une personne d'engagée, d'active, de déterminée. Lorsqu'elle a un but, elle met tout en oeuvre pour y arriver. Mais elle se débrouillera d'elle-même.
♦️ C'est une personne maternelle, qui aime les enfants et les chouchouterait. Elle s'inquiète lorsqu'ils se blessent en trébuchant sur un trottoir, elle esquisse des sourires lorsqu'elle voit leur bonheur s'étaler en lettre d'or sur leur visage. C'est quasiment naturellement que les enfants viennent vers elle. Et d'ailleurs, cet instinct maternel inspire aussi la confiance de certains adultes qui voient en elle une personne douce, dans laquelle on peut la placer, la confiance.
♦️ C'est néanmoins une personne docile, qui se plie aux ordres quand il le faut. Quand bien même ces ordres ne lui plaisent pas, elle se doit de les faire car elle n'accepte pas l'échec. Ou très rarement.



FORMULAIRE CRÉÉ PAR SHOOTING STAR © TUMBLR



Qui que je sois au fond de moi, je ne suis jugé que par mes actes.

Avoir des pouvoirs, c’est comme marcher sur un fil. Un faux pas et on sombre. Sans espoir de retrouver ce fil qui nous aurait menés à l’autre bout de notre vie. En réalité, nous sommes tous des funambules, on suit tous une trajectoire, des ordres qui nous conduisent dans un autre lieu, vers une autre personne, vers d’autres tâches à accomplir. Avoir des pouvoirs, c’est suivre plusieurs fils à la fois. Il y a celui où nous sommes des gens ordinaires aux yeux de tous et celui où nous ne sommes juste que des personnes extraordinaires, parfois comparées à des bêtes de foire. Pendant longtemps, on a chargé les super héros de sauver le monde, d’éviter l’Apocalypse de justesse. Plusieurs fois cela s’est déroulé. Et nous, pauvres gens vivant dans l’ombre de leur grandeur, on a dû rester avec nos pouvoirs et les maîtriser. La population pense que nous ne valons rien, mais cela est faux. Elle pense que notre vie doit être si différente de la leur et nous sommes parfois mis à part. S’ils savaient… S’ils savaient que notre vie et la leur sont semblables ! S’ils savaient que parmi eux se cachent des personnes comme vous et moi, comment réagiront-ils ? Leur comportement est trop imprévisible pour envisager de dévoiler l’étendu de nos pouvoirs devant eux. Mais pourquoi retardons-nous les choses ? Pourquoi toujours attendre ? Pourquoi ne pas leur montrer qu’ensemble, entre deux êtres si différents mais si semblables, on peut changer les choses ?

Ce que je vais vous raconter, c’est mon histoire. Peu de gens la savent car je n’aime pas tellement en parler puisqu’elle me semble douloureuse, mais je vais faire une entorse à mes principes. S’il vous plait, je vais vous demander une chose. Enfin deux. La première chose est de ne pas m’adresser votre pitié. Des personnes bien plus démunies que moi en ont besoin. La seconde chose est de ne pas me juger, que ce soit par ma nature même, par mes actes et mes non-actes. De toute façon, vous n’êtes que le spectateur de mon existence et quand bien même vous êtes des super-héros, cela n’y changerait rien.
Je suis née à Hawaii. On pourrait s’attendre à ce que je sois typée, une belle brune, à visage légèrement carré, une peau bien mate, qui danse la hua hawaiienne sur un air de ukulélé, avec son pagne en feuille et le soutien-gorge en noix de coco, dignes successions des Polynésiens qui sont venus s’établir là. Mais non. Je n’ai pas la peau bronzée, je suis encore moins brune, et je préfère de loin mes vêtements confortables à ces feuilles qui grattent les fesses et ces soutiens-gorges trop petits. Mes parents étant tous deux de nationalité états-unienne, je ne suis pas une hawaiienne à proprement parlé, même si mon cœur semble appartenir à ce pays dans lequel j’ai grandi. Mais que je vous explique pourquoi je suis née là-bas et non à New-York.

Maman est issue d’une famille américaine qui s’est établie depuis longtemps à Hawaii afin de lancer leur propre entreprise de boissons à emporter. Elle est née sur l’île de Oahu, celle qui abrite le port de Pearl Harbor. Cette île-là, elle la connait comme sa poche. Elle aurait fait guide touristique si ses parents ne s’étaient pas interposés entre elle et ses rêves. Alors, elle est restée au même endroit, durant une vingtaine d’années. Quant à Papa, c’était un militaire. Il était en « déplacement » à Hawaii avec sa garnison. Ils s’étaient tous arrêtés au café de Papy et Mamie. Ce jour-là, c’est Maman qui servait. Quand elle vit la quinzaine de mecs débarquer dans le bâtiment, elle s’en étonna puis se dit que c’était une charge supplémentaire et qu’elle devait juste fermer sa bouche et subir. Elle prit alors la commande du groupe et lorsqu’elle vint la déposer, elle croisa, l’espace de quelques instants, le regard de Papa. Il lui souriait, il lui disait des choses, mais Papa ne le savait pas. Maman s’en était troublée et était retournée toute confuse au comptoir. Sans le savoir, c’était le premier regard d’une longue série.
Papa était revenu, plusieurs fois, dans le café. Parce que l’endroit lui plaisait bien et que la vue sur la mer était remarquable. Cet endroit le réconfortait. D’ailleurs, il avait demandé une mutation à Oahu, demande qui avait été prise en compte et acceptée. Il s’est installé dans un petit appartement coquet au centre de l’île. Quand il avait du temps libre, une semaine de permission, ou quelques vacances, il se promenait. Connaissant peu l’île, il demanda à avoir une personne avec lui qui lui ferait découvrir les merveilles d’Oahu. Tout le monde s’accordait à dire que la personne la plus apte à faire ça était Maman. Alors, ensemble, ils ont fait le tour de l’île, en plusieurs jours. De fil en aiguille, ils ont noué une amitié, qui s’est transformée en amour réel lors d’une fête musicale à laquelle Maman avait convié Papa.

Voilà comment ils se sont rencontrés. Deux ans plus tard, ils se sont mariés, Maman a osé dire non à ses parents, et Papa a continué à être militaire. L’année suivant leur mariage, je suis née. Maman me prenait pour sa petite poupée, et me berçait constamment. Papa, lui, me souriait tendrement et s’amusait à faire le gigolo devant moi pour me faire rire. Je riais beaucoup, apparemment, quand j’étais bébé. J’adressais même des sourires à des inconnus. J’étais joyeuse, vive.
Tout arriva si vite. On était sur le continent. Papa nous emmenait voir ses parents dans l’Illinois. On avait pris l’avion d’Hawaii jusqu’à la côte Ouest du continent et ensuite, Papa avait loué une voiture pour faire la traversée du pays. Il voulait nous montrer des petits coins sympathiques, qui lui tenaient particulièrement à cœur. On mit plusieurs jours à arriver jusqu’à Chicago. Enfin… On n’arriva jamais à destination.
Une route déserte. Un carrefour désert, lui aussi. Aucun bruit ne nous parvenait aux oreilles, hormis la musique qui passait à la radio, et le vrombissement du moteur. J’avais ma poupée entre mes petits bras potelés. Et j’avais trois ans. La chanson Memory de Barbra Streisand résonnait à nos oreilles. Maman avait les yeux fermés et se laissait bercer par la douce mélodie. Lorsqu’on arriva au carrefour, une voiture surgit et percuta la nôtre de plein fouet. Du côté de Maman. La voiture tourna plusieurs fois sur elle-même avant de finir dans le ravin. Mon cœur battait à tout rompre, j’avais lâché ma poupée. J’avais mal au cou, mal aux épaules et aux bras. Je saignais un peu partout mais rien de grave. Papa avait des éclats de verre plantés dans son front. Il avait aussi mal au cou et aux bras, mais rien de plus, le volant ayant amorti les dégâts. Le plus inquiétant, c’était Maman. Elle saignait de partout. Sa tête reposait inerte sur le tableau de bord. Sa ceinture avait entaillé sa chaire. Et son souffle, sifflant, filait, et s’épuisant. Les secours arrivèrent, on fut tous emmenés vers l’hôpital le plus proche. Et là, pour Maman, ils avaient engagé le pronostic vital. Elle était entre la vie et la mort. La vie et la mort ! Lors de ses multiples opérations, elle fut endormie grâce aux anesthésiants, mais elle ne se réveilla pas à la dernière opération. Son cœur battait, mais son cerveau ne semblait plus répondre de lui-même. Elle fut plongée dans le coma. A de multiples reprises, les médecins ont voulu la débrancher, la faire cesser de vivre, et Papa n’avait plus la force de rien faire. Mais moi, je m’étais hissée sur le lit de Maman, et je m’accrochais désespérément à elle. Papa comprenait alors que je ne pouvais pas vivre sans ma mère, quand bien même elle fut à des lieues de là. Ce qu'elle ne sait pas, c'est qu'elle aussi, elle est comme moi. Elle aussi elle a un don. Celui de s'auto-régénérer. Mais il est très lent. Ça fait vingt et un ans que ses cellules se reforment. C'est lent, trop lent. Mais moi aussi, j'ignore qu'elle possède ce don.
Ce coma. Ce foutu coma qui m’avait privé de ma mère. Oh comme j’aimerais tant la retrouver, tant la serrer entre mes bras, tant courir vers elle, me jeter dans ses bras grands ouverts et pleurer de tout mon soûl. J’aurais aimé lui cueillir des fleurs, lui offrir le cadeau de la fête des mères que l’on faisait à l’école, lui écrire des cartes postales de mes colonies de vacances. J’aurais aimé la voir lors de ma remise de diplôme de fin de lycée. J’aurais aimé avoir une mère. A la place, j’avais un cœur avec un trou béant qu’elle n’occuperait sans doute plus. Plusieurs fois, Papa semblait avoir trouvé une nouvelle femme pour remplacer Maman. Puis, il semblait se souvenir de moi. Et il laissait tomber sa relation foireuse avec une autre dame. Parce qu’il semblait se rendre compte qu’à mes yeux, Maman ne se remplaçait pas aussi facilement qu’un slip sale. Et, au fond de moi, je gardais toujours espoir de la voir se réveiller un jour. Même si ces jours se transformaient en éternité.
La découverte de mon don, c’est ainsi que j’aimais nommer ma faculté à me métamorphoser, se fit aux alentours de neuf ans. Enfin… A peu près. Ce n’est pas Poudlard non plus. Je n’étais pas promise à entrer dans une école pour développer ma « magie ». Ça ne s’est pas vraiment manifesté d’un seul coup. Je sais que j’étais debout, devant la psyché de ma chambre. Je devais me préparer pour le carnaval de l’école. Je voulais me déguiser en fée Viviane. Une longue chevelure noire, avec des yeux d’un bleu vif. Pour les yeux, ça ne serait pas difficile. Mais je supporte mal les perruques. Les fibres synthétiques me rendent allergiques. Je suis restée plusieurs longues minutes devant le miroir, à souhaiter fortement avoir une longue chevelure noire. Je me concentrais même pour qu’elle apparaisse. Sourcils froncés, air sérieux, rien n’y avait fait. J’étais partie à l’école, avec mon costume sur moi et un grand air de déception. En descendant de la voiture, Papa me regardait avec étonnement. Après de multiples bredouillages, il sut me dire que j’avais une queue de cheval vraiment très longue et très sombre. Je passais une main sur ma tête et m’arrachais un cheveu, aussi sombre qu’une belle grosse mygale.
Voilà. C’est à quinze ans que je fus admise à Supernova. Moi qui pensais ne jamais reproduire ce qui se passait dans les Harry Potter… Enfin, je me repose trop sur la fiction. Tout le monde sait qu’Harry Potter, c’est faux. Mais l’école dans laquelle j’ai passé ma scolarité, elle, est réelle. Ça me fait plaisir de savoir que je ne suis pas la seule anormale sur cette fichue planète. Alors, j’ai délaissé Papa pour partir là-bas. Je me suis séparée à contrecœur de Maman. Je commençais à perdre espoir de la voir un jour se réveiller. Ce qui est le plus étrange dans tout ça, ce n’est pas mon don, mais le fait que j’ai voulu rester à Supernova, après avoir fini l’école. C’est étrange, vraiment..



Qui se cache derrière le masque


Sinon moi en vrai c'est Adélaïde mais on me connait plus sous le nom de Alinoé. J'ai 20 ans, je viens de France et je serais présent sur le forum 7 jours/7 ( sans garantie de rp tous les jours hein ! ). J'ai connu Supernova grâce à Aleksey sur All That Jazz ( j'ai regardé dans les membres hein ^^ ) et je le trouve vraiment cooooool !. Pour mon avatar j'ai choisi Sasha Pivovarova parce que j'aime le chocolat je cherchais quelqu'un d'innocent et de jeune à la fois et qui en même temps faisait mature, adulte, etc.(a). Sinon un . et le gif est de Pow


Dernière édition par Carly S. Herlag le Ven 25 Mai - 0:38, édité 35 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: « It's so easy when you know the rules » - CSH   Mar 8 Mai - 17:14

BIenvenue parmi nous ma belle I love you

ravis de te voir enfin parmi nous et encore désolé pour le scénario en cas de besoin n'hésites pas =)

mais dis moi tu es qui sur ATJ ????
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: « It's so easy when you know the rules » - CSH   Mar 8 Mai - 17:17

Hey merci !

C'pas grave. Smile Tu n'y peux rien. Smile

Robert et Billie !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: « It's so easy when you know the rules » - CSH   Mar 8 Mai - 17:22



ça me dis quelques chose ^^ mais comment tu as connu le forum, c'est moi qui t'en ai parlé ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: « It's so easy when you know the rules » - CSH   Mar 8 Mai - 17:27

Nope, j'ai été dans les membres, dans la barre de navigation et j'ai regardé les sites web Ma curiosité me perdra !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: « It's so easy when you know the rules » - CSH   Mar 8 Mai - 17:30

haaa non au contraire tant mieux ça m'arrive de le faire d'ailleurs lol

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: « It's so easy when you know the rules » - CSH   Mar 8 Mai - 19:14

Bienvenue et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: « It's so easy when you know the rules » - CSH   Mar 8 Mai - 19:28

Merci.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: « It's so easy when you know the rules » - CSH   Lun 14 Mai - 19:11

L'élaboration de ma fiche va prendre plus de temps que prévu. J'ai décidé de réécrire toute l'histoire, car ce que j'ai fait là ne me satisfait pas vraiment. :/
Revenir en haut Aller en bas
Hurricane
avatar
“Hurricane”

⚡ MESSAGES : 426
⚡ SUPERPOINTS : 89


Le Super en moi.
⚡ RELATIONS:
⚡ POUVOIRS/PARTICULARITES:

MessageSujet: Re: « It's so easy when you know the rules » - CSH   Lun 14 Mai - 19:21

pas de soucis ma belle I love you on peut t'accorder un délai sans problème ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: « It's so easy when you know the rules » - CSH   Sam 19 Mai - 13:15

bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: « It's so easy when you know the rules » - CSH   Lun 21 Mai - 16:19

Merci ! Smile

edit : j'ai une petite question. Est-ce que l'auto-régénération, ça se compte comme la régénération cellulaire ? Parce que dans mon histoire, je compte dire que la mère de Carly est plongée dans le coma suite à un accident de voiture et qu'elle s'auto-régénère, mais très lentement puisque ça fait longtemps qu'elle est plongée dans cet état...
Revenir en haut Aller en bas
Hurricane
avatar
“Hurricane”

⚡ MESSAGES : 426
⚡ SUPERPOINTS : 89


Le Super en moi.
⚡ RELATIONS:
⚡ POUVOIRS/PARTICULARITES:

MessageSujet: Re: « It's so easy when you know the rules » - CSH   Lun 21 Mai - 16:32

oui l'auto régénération c'est bien ça
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: « It's so easy when you know the rules » - CSH   Lun 21 Mai - 16:34

Euké ! Very Happy Je préférais en être certaine avant de marquer des conneries dedans XD Merci de la réponse en tout cas ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Hurricane
avatar
“Hurricane”

⚡ MESSAGES : 426
⚡ SUPERPOINTS : 89


Le Super en moi.
⚡ RELATIONS:
⚡ POUVOIRS/PARTICULARITES:

MessageSujet: Re: « It's so easy when you know the rules » - CSH   Lun 21 Mai - 16:35

lol pas de soucis =) bon courage I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
“Invité”



MessageSujet: Re: « It's so easy when you know the rules » - CSH   Ven 25 Mai - 0:39

Bon voilà. Après des jours passés à chercher des idées pour l'histoire, la fiche est enfin finie. Certaines choses peuvent sembler bâclées ( parce qu'elles le sont ! ^^ J'avais la flemme d'approfondir et aussi une envie pressante d'en finir avec cette fiche ). J'ose espérer que cela conviendra !
Revenir en haut Aller en bas
Hurricane
avatar
“Hurricane”

⚡ MESSAGES : 426
⚡ SUPERPOINTS : 89


Le Super en moi.
⚡ RELATIONS:
⚡ POUVOIRS/PARTICULARITES:

MessageSujet: Re: « It's so easy when you know the rules » - CSH   Sam 26 Mai - 16:33

super fiche, je te valide ma belle I love you n'oublies pas de recenser ton avatar et ton pouvoir, tu peux aller faire ta fiche et surtout rp

have fun !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
“”



MessageSujet: Re: « It's so easy when you know the rules » - CSH   

Revenir en haut Aller en bas
 

« It's so easy when you know the rules » - CSH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Supernova : crazy stupid heros !  :: TAKE IT EASY :: ON ENLÈVE LES MASQUES :: ANCIENNES FICHES-